Aider son enfant à mieux gérer son stress

Est-ce que votre enfant vit une peur qui le paralyse (faire un exposé devant la classe, aller dormir chez un ami,…) ? Eprouve-t-il des difficultés à s’endormir car il pense trop ? Doit-il être souvent rassuré ? Ressent-il des maux de ventre à cause du stress ?

Je vous propose d’établir dans cet article une sélection de stratégies concrètes pour aider votre enfant à mieux gérer son stress et son anxiété. Attention, en tant qu’adulte, vous n’êtes pas à l’abri d’y trouver des solutions pour vous-même 🙂

Aider votre enfant à mieux se connaître

Il est important de parler avec votre enfant sur ce qu’est le stress et qu’il n’est pas le seul à le ressentir. Même vous, parfois, vous le vivez. N’hésitez pas à lui dire et répéter : « Tu as le droit d’avoir peur. » On peut lui définir le stress comme « un système d’alarme » que déclenche notre corps quand nous ressentons une peur ou une inquiétude. Expliquer également que cela peut se manifester par un mal de tête, de ventre ou une douleur à la poitrine. Et conclure qu’il existe des stratégies pour se sentir mieux et lutter contre ce stress.

Inciter votre enfant à parler à sa peur

Une autre stratégie efficace est de demander à sa peur de partir : « Va-t’en ! Je ne veux pas de toi ! Non, non et non ! Il n’y pas de place pour toi ici ! »

Vous pouvez donc aider votre enfant à affronter progressivement sa ou ses peur(s) en respectant son rythme. Je vous conseille d’ailleurs le livre « Maman j’ai peur, chéri je m’inquiète » dans lequel la psychologue Nadia Gagnier présente différentes façons pour intervenir contre le stress que ce soit chez les enfants, les adolescents ou les adultes.

La technique de la respiration

La méthode de la respiration abdominale est citée par de nombreuses études sur le stress (comme Sonia Lupien ou Jean Benjamin Stora) comme la plus rapide et efficace pour faire diminuer le stress immédiat. L’action du diaphragme déclencherait le système nerveux parasympathique qui est notamment responsable du ralentissement de la fréquence cardiaque. C’est pour cela qu’un bébé se calme quand il suce son pouce.

La technique est très simple : Inspirer par le nez, gonfler le ventre en premier (les épaules ne doivent pas monter) et expirer doucement l’air par la bouche en faisant dégonfler le ventre.

Par ailleurs, certaines études montrent que pour être plus efficace, il faut pratiquer cette méthode à des moments calmes, comme avant de se coucher. Ainsi, à force de pratique et d’habitude, votre enfant se sentira capable d’utiliser la méthode de la respiration tout seul quand il en aura le besoin.

Les encourager à écrire ou dessiner

En grandissant, vos enfants sont de plus en plus conscients de leurs émotions et ils peuvent les exprimer plus facilement. Ainsi, ils peuvent écrire, dessiner ou effectuer une activité manuelle pour exprimer ce qu’ils ressentent.

Diminuer ses activités extrascolaires

En tant que parent, on a envie de pouvoir donner la possibilité à nos enfants de pratiquer le plus d’activités possibles pour qu’ils s’épanouissent le maximum. Mais pour certains enfants, cela peut finir par devenir une contrainte avec trop d’obligations d’horaires à respecter et une source de stress grandissante. Il est essentiel de leur permettre de trouver le rythme qui leur convient.  

Adopter des habitudes saines

L’activité physique est un bon moyen pour lutter contre le stress que ce soit un sport collectif ou individuel ; ou une activité plus calme comme le yoga et la méditation.

Il est bien d’instaurer également une certaine routine pour votre enfant : des heures de repas et de coucher régulières pour lui donner des points de repères qui rassurent toujours un enfant angoissé.

Et je ne le dirai jamais assez : limiter le temps passé devant les écrans et même si ce n’est pas toujours facile, vérifier ce qu’il regarde car certaines images ou propos peuvent le perturber.

Proposer un ensemble d’outils à utiliser seul pour se calmer

Cela suppose d’avoir mis en place les deux premières stratégies : l’aider à mieux se connaître et l’inciter à parler à sa peur pour arriver à combattre cette peur. Il existe de nombreux exemples mais en voici-ci quelques-uns que j’ai sélectionné pour leur efficacité et leur simplicité à utiliser :

  • La fameuse respiration abdominale
  • Mettre des mots sur ses émotions ou l’exprimer par le dessin
  • Retourner un sablier et regarder le sable s’écouler
  • Ecouter une musique relaxante
  • Colorier un mandala
  • Faire un puzzle
  • Jouer avec un hand-spinner
  • Malaxer de la pâte à modeler
  • Sauter les jambes et bras écartés
  • Caresser un animal ou une peluche
  • Faire un câlin

Consulter un psychologue

Si malgré tous vos efforts pour aider votre enfant à mieux gérer son stress, rien ne semble suffisamment fonctionner ; n’hésitez pas à faire appel à un professionnel de santé. En effet, quand la vie de famille se trouve affectée (sorties annulées, impossibilité d’inviter à la maison) ou que votre enfant semble de plus en plus angoissé, cela fait aussi partie des stratégies à essayer.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Quenec’hdu dit :

    Super initiative, bien pensée!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s